© 2019 par Lambersart ensemble 

Conseil municipal du 9 octobre 2019

13.10.2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y avait foule ce soir, à la différence des Conseils Municipaux précédents (dont le dernier s’était tenu 5 mois auparavant).

On retrouvait bon nombre de riverains qui s’opposaient au projet immobilier sur le site dit « Teffri » (du nom de l’ancienne entreprise qui y était installée, après le pont de la ferme du Mont Garin) et certains Lambersartois, issus du microcosme politique local, qui sentaient bien que ce Conseil allait être hors norme…

 

Hors-norme, il le fut !

On vota toutes les délibérations (sauf une, qui fut retirée, lisez notre compte-rendu in extenso ici), dont certaines amènent la ville à emprunter 2.8 millions d’euros, et autorisent le ccas à emprunter 500000 euros, ou permettent l’achat et l’aménagement d’un local pour la Police Municipale pour 350000 euros.

On y apprit aussi que la majorité renonçait à son projet immobilier sur les Muchaux, devant la volée de bois-vert adressée par les commissaires-enquêteurs, dans le cadre du PLU2

 

Mais on y vit surtout 10 élus de la majorité voter contre, ou s’abstenir sur des délibérations  indispensables à la continuité financière de la ville. Ces 10 élus sont S Acquette, C Caudron, C Convert, C Reynaert, A Mazereeuw, D Debroucker, H Altide, P Binet, L Frappart, M Guillouzo.

Certains sont élus depuis 30 ans, sont ou ont été adjoints (premier adjoint, adjoint aux finances, aux associations, à l’environnement, …), ont voté en faveur de tous les budgets depuis toujours, ont voté toutes les délibérations sur le projet de bétonnisation des Muchaux, ont participé à tous les simulacres de « démocratie participative » des derniers mandats.

Et ces 10 élus, à 5 mois des élections municipales, quittent le navire, en espérant se refaire une virginité, misant sur l’amnésie des électeurs, afin d’être réélus…

A la déloyauté, ils ajoutent l’absence d’honneur. L’honneur, s’ils en avaient, les aurait conduits à démissionner. Mais cela, c’est un langage incompréhensible pour ceux qui ont l’habitude de changer de parti politique, de groupe municipal, ou d’idéaux, en fonction de raisonnements egocentrés.

 

En ce qui nous concerne, que nos lecteurs se rassurent, le revirement et la déloyauté ne sont pas des habitudes ; notre retrait, en 2014, comme nous l’avions dit et écrit, suffit à le prouver.

 

A bientôt, pour la suite du « Dallas » lambersartois !

 

 

Please reload

Derniers billets

17.09.2019

27.08.2019

Please reload

Archive
Please reload